Si les décroissants utilisaient la convivialité

Dans La Convivialité (1973), Ivan Illich accuse le rapport industrialiste de l’homme moderne à l’outil. Pour sortir de la crise, il s’agit de déconstruire notre utilitarisme en fondant la convivialité.

Construit sur une certaine mythologie, cet industrialisme nous amène à dépasser des seuils. La « convivialité » est l’organisation sociale qui permet de maintenir les outils en-deçà des seuils au-delà desquels ils menaceraient « l’équilibre multi-dimensionnel de la vie ». « L’autonomie créatrice » en est la clef de voûte.

À Gelles cet été, l’analyse proposée par Ivan Illich alimentera nos discussions décroissantes sur les différentes expressions de la convivialité envisageables aujourd’hui, au prix d’une certaine démythologisation de la science.

« L’empêchement dernier à la restructuration de la société n’est ni le manque d’informations sur les limites nécessaires, ni le manque d’hommes résolus à les accepter si elles deviennent inévitables, c’est le pouvoir de la mythologie politique. » 

Pour cela, nous nous appuierons sur deux sélections de textes d’Illich :

  1. La convivialité : lire le PDF
  2. Démythologiser la science : lire le PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.